Prévisions saisonnières pour la France et le reste de l'Europe

 



Previsions meteo 1 mois

FEVRIER 2016

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 12, les indices liés aux océans AO (Arctique) et NAO (Atlantique Nord) ainsi que les modèles de prévisions à très long terme tendraient vers le déploiement de l'anticyclone "des Açores" du Portugal (vers le Groenland ?) en passant par l'Espagne mais aussi sur l'Ouest de la France, l'Irlande et l'Islande.
Un flux de Nord-Ouest (à Nord ?) se ferait solidifiant les précipitations (grêle, neige ?) sur la plupart des régions surtout vers la Lorraine, l'Alsace et la Franche Comté.
Dans cette configuration, le risque de submersion marine pourrait être présent sur les côtes de la Manche et celles de l'Océan Atlantique notamment en marge des grandes marées avec un coefficient atteignant les 108 en valeur théorique le Mercredi 10 Février 2016.
Du 13 jusque vers le 15, tous les paramètres solaires atteindraient les bas fonds : les hautes pressions s'installeraient durablement sur le pays favorisant les éclaircies nocturnes et donc de potentielles fortes gelées.
En journée, le soleil brillerait mais ne parviendrait pas à beaucoup réchauffer l'atmosphère à cause de la Bise (Nordée sur les côtes de la Manche) : vent de Nord-Est.

2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 20, le blocage anticyclonique pourrait durer, le flux continental aussi : les gelées seraient nombreuses et généralisées à la plupart des régions exceptée éventuellement dans le quart Sud-Est de la France "protégé" par une advection d'air chaud due à des remontées instables provenant des Baléares.
Du 21 jusque vers le 29, à nouveau l'activité solaire serait basse conjuguée à un flux d'électrons et à un champ magnétique terrestre en hausse : les perturbations feraient leur retour par le Nord et pourraient redonner dans un premier temps un nouvel épisode hivernal sur l'hexagone mais aussi et surtout sur l'Allemagne.


Flux dominant

Sur le Nord du pays : Nord-Ouest.

Sur le Sud du pays : Nord-Ouest.


Bilan

La fin de l'hiver météorologique 2015-2016 serait marquée par un flux de Nord-Ouest plutot anticyclonique sur le Grand Ouest, relativement dépressionnaire sur l'Est.

Le refroidissement concernerait en particulier sur le Nord-Est de la France !
La limite pluie-neige chuterait pour y atteindre probablement la plaine.
Ailleurs, les précipitations pourraient être solides aussi (grésil ? grêle voire neige ?) donnant une accumulation plutot déficitaire (-20% ?) alors que les températures moyennes enregistreraient un déficit global (-0,35°C ?).
L'ensoleillement serait plutot normal.


L'hiver 2015-2016 devrait être globalement doux (sauf Février ?), assez humide, l'ensoleillement très bon.


MARS 2016

Prévisions météo 2 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 15, l'irradiance aurait une intensité très basse à l'inverse du champ magnétique terrestre qui atteindrait des sommets.
Le temps serait alors très instable sur tout le pays en marge du maintien d'un système dépressionnaire sur l'Europe centrale (Allemagne, Autriche, République Tchèque) occasionnant un flux de Nord-Ouest à Nord dynamique : durant la semaine 10, ce fort vent de Nord-Ouest à Nord serait à surveiller en marge de coefficients de marée atteignant les 115 et 116 le Jeudi 10 ce qui correspondrait à des hauteurs d'eau théoriques comparables à celles du 21 Mars 2015 !
Avec de nombreuses averses de grêle (voire de neige ?) et des vagues de grande période, les côtes de la Manche ainsi que celles de l'Océan pourraient être érodées en grande partie !
Le froid serait donc au rendez-vous surtout sur le Nord-Est où un enneigement tardif se profilerait pour prolonger les vacances d'hiver des personnes habitant dans la zone C.

2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 24, pas de changements a priori : toujours un courant de Nord-Ouest à Nord apportant beaucoup d'humidité, de fraicheur voire de froid y compris sur le pourtour méditerranéen via le système dépressionnaire des Baléares.
Du 25 jusque vers le 31, le champ magnétique terrestre baisserait ce qui permettrait le déploiement de la dorsale sur l'ensemble de la France ; l'irradiance serait inchangée.
Cette configuration à cette période de l'année aboutirait à de fréquents nuages bas associés à de l'air froid le matin (brouillards givrants).
En revanche, les après-midis seraient douces grâce au très bon ensoleillement et surtout à la bascule du flux à l'Ouest.

Flux dominant

Sur le Nord du pays : Nord-Ouest à Nord.

Sur le Sud du pays : Nord-Ouest à Nord.


Bilan

Le début du printemps météo 2016 porterait probablement très mal son nom : il pourrait même se produire une prolongation de l'hiver !
Le blocage anticyclonique perdurerait sur l'Océan alors que le système dépressionnaire occuperait encore sur une vaste zone allant des pays Scandinaves à la Mer Méditerranée.
Par conséquent, l'anomalie de température serait négative (-0,5°C ?), l'accumulation d'eau excédentaire surtout sur l'Est (+30%) et la durée de l'ensoleillement faible (-20%) notamment vers les côtes de la Manche.


AVRIL 2016

Prévisions météo 3 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 7, les paramètres solaires atteindraient des sommets.
Dans ce cas, le système dépressionnaire britannique pourrait s'étendre jusqu'à la Scandinavie.
Les perturbations balaieraient alors toute la moitié Nord de la France ainsi qu'une partie du Sud-Ouest (Aquitaine, Midi Pyrénées) apportant de fréquentes précipitations et une masse d'air peinant à se situer dans les normales saisonnieres.
Du 8 jusque vers le 15, le flux lumineux baisserait alors que le champ magnétique terrestre augmenterait à nouveau.
Les hautes pressions se reformeraient sur le proche Atlantique alors que le système dépressionnaire prendrait de l'ampleur sur la Manche, le Bénélux, Scandinavie.
Le flux en profiterait pour aller au Nord-Ouest tout en étant dynamique : la prudence serait alors de mise avec un coefficient de marée atteignant les 118 le Vendredi 8 !
Côté temps, les averses se feraient nombreuses avec probablement le retour de la neige sur les massifs y compris celui des Vosges.

2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 25, nous pourrions normalement conserver un temps frais et humide.
Du 26 jusque vers le 30, le flux lumineux chuterait ce qui permettrait d'espérer une hausse de la pression atmosphérique au Nord de la Loire.
Pour autant, le flux resterait à l'Ouest ce qui n'empêcherait pas quelques précipitations de toucher justement le Nord de la Loire.
Le Sud Loire en particulier l'Aquitaine et le Midi Pyrénées verrait un temps plus printannier ce qui pourrait sauver les vacances de Paques d'une grande partie des français.

Flux dominant

Sur le Nord du pays : Ouest à Nord-Ouest.

Sur le Sud du pays : Ouest à Nord-Ouest.


Bilan

Le coeur du printemps météo 2016 serait encore en partie sous une certaine influence hivernale.
Les hautes pressions de l'Océan n'auraient pas l'intention d'être mobiles ce qui maintiendrait un flux de Nord-Ouest hivernal.
D'où, des températures situées sous les normales de saison par rapport à la période 1981-2010 (anomalie -0,5°C), les précipitations excédentaires (+30%) et l'ensoleillement déficitaire (-20%).



MAI 2016

Prévisions météo 4 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 4, avec la "chaleur" accumulée, des gouttes froides se positionneraient sur la France instabilisant la masse d'air ; quelques développements orageux (les premiers de la saison ?) se manifesteraient alors ; évidemment, cette tendance devra être confirmée par les modèles de prévisions météo à court terme.
Du 5 jusque vers le 15, l'éclairement diminuerait mais le flux d'électron serait d'intensité élevée.
Dans cette configuration, pendant le week-end de la Pentecôte, le flux basculerait au secteur Nord-Est voire au Nord ce qui amènerait de l'air frais et potentiellement humide surtout sur le pourtour méditerranéen (orages ?).

2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 24, le blocage anticyclonique présent sur les îles britanniques pourrait encore perdurer donnant un ressenti encore frais pour la saison sur la plupart des régions en particulier celles bordant la Mer Méditerranée.
Du 25 jusque vers le 31, avec la hausse de l'éclairement, l'anticyclone serait enfin mobile en se dirigeant vers l'Est ; la bascule du flux au Sud permettrait alors aux températures de remonter sur la plupart des régions et pourquoi finir le mois dans l'excédent.

Côté temps, un flux de Sud ramènerait potentiellement de l'air chaud et instable en particulier sur l'Ouest de la France.


Flux dominant

Sur le Nord du pays : Nord-Ouest.

Sur le Sud du pays : Nord-Ouest.


Bilan

La fin du printemps météorologique 2016 serait encore humide sur la plupart des régions.

A cette échéance, il serait quasi impossible de savoir quelles seraient les éventuelles destinations les plus ensoleillées pour passer le pont de l'Ascension et celui de la Pentecôte.
Les températures peineraient à se situer légèrement en dessous des normales saisonnières de la période 1981-2010 (anomalie -0,5°C) ; les précipitations seraient encore importantes surtout au Nord (+30%) et l'ensoleillement très inégal.


Le printemps 2016 pourrait être maussade au niveau de la couleur du ciel avec un ressenti bien frais de part l'accumulation d'eau (+20%).


Météo de 5 à 7 mois

Tendance pour l'été 2016 (Juin, Juillet et Aout)

Tendance météo de 5 à 7 mois

JUIN 2016
Du 1er jusque vers le 7, le flux d'électrons chuterait alors que le champ magnétique terrestre aurait une grande intensité.
L'anticyclone reviendrait encore sur le proche Atlantique aboutissant à un courant de Nord : la baisse des températures serait alors sensible après le passage d'une éventuelle activité orageuse sur le pays.
D'où un ressenti frais pour les premiers jours de l'été météorologique 2016.
Du 8 jusque vers le 30, tous les paramètres solaires atteindraient les bas fonds : les hautes pressions envahiraient tout le pays sauf le quart Nord-Ouest sous influence dépressionnaire et d'une certaine fraicheur.
Autrement, l'ensoleillement serait maximal et les températures potentiellement plus chaudes que ce que nous devrions enregistrer à cette période.
De bonne augure pour certains festivals comme le Hellfest, et pour l'organisation de l'Euro 2016.

En gros
Le début de l'été météo 2016 se ferait sous une chaleur relative générée par un flux de Sud-Ouest présent (anomalie +0,5°C) ; l'instabilité générée par ce flux de Sud-Ouest pourrait alors concerner notamment les massifs mais l'accumulation d'eau serait globalement faible (-20%).
L'ensoleillement global serait plutot correct (+15%).


JUILLET 2016
Du 1er jusque vers le 6, l'activité solaire serait peu élevée ce qui favoriserait l'émergence des hautes pressions sur le centre de l'Europe, de gouttes froides plus à l'Ouest : le flux serait alors de secteur Sud favorisant des remontées chaudes mais aussi probablement de l'instabilité particulièrement sur le Grand Ouest (au plus proche des gouttes froides).

L'Est resterait à l'abri des précipitations mais pas des fortes chaleurs.

Du 7 jusque vers le 18, comme souvent, après une première partie de Juillet douce voire chaude, statistiquement, la période de la fête nationale est souvent plus humide et plus fraiche : ce pourrait être le cas une nouvelle fois en cette année 2016 avec un affaissement de l'anticyclone Scandinave permettant aux basses pressions d'envahir un peu plus les îles britanniques.

Les perturbations associées atteindraient alors l'Est du pays y faisant chuter les températures.

Plus à l'Ouest, l'air frais serait au programme dans ce courant maritime.

Du 19 jusque vers le 31, nous pourrions retrouver une situation analogue à celle du début du mois : une activité solaire peu élevée favorisant les hautes pressions sur la France et des températures de nouveau chaudes pour la saison.

Dans l'ensemble
Le coeur de l'été météo 2016 serait marqué par une chaleur plus prononcée (anomalie +1°C).
Un flux de Sud devrait se mettre en place sur le pays avec une instabilité sur le Grand Ouest, plus estival ailleurs.
D'où un ensoleillement global correct (+10%), une température moyenne chaude (+1°C) et assez peu de précipitations (-30%).


AOUT 2016
L'activité solaire serait bien élevée et le flux d'électron probablement et relativement bas ; les hautes pressions pourraient être moins intenses sur l'Europe centrale et un système dépressionnaire se positionnerait sur le proche Atlantique.
Au final
La fin de l'été météorologique 2016 serait plus instable de part une pression atmosphérique moins élevée.

Une généralisation de l'instabilité serait alors possible aboutissant à des cumuls d'eau plus importants (+20% ?) alors que l'anomalie de température resterait élevée (+1°C) et l'ensoleillement bon (+10%).




Copyright © Météolaflèche | Tous droits réservés -   Mentions légales et conditions d'utilisation du site -   Cyril DUPONT (pseudo CyrilD44 sur certains forums) -   Contact
"toute représentation ou reproduction,intégrale ou partielle,d'une ou plusieurs pages, cartes ou logos de ce site faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite" (article 122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle) . Seules les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective sont autorisées .