Prévisions saisonnières pour la France et le reste de l'Europe

 



Previsions meteo 1 mois

DECEMBRE 2017


1ère quinzaine
Du 1er jusque vers le 7, les modèles de prévisions à très long terme, indices liés aux océans AO (Arctique) et NAO (Atlantique Nord) tendraient à mettre en avant les hautes pressions du Groenland jusque vers les Açores, un système dépressionnaire sinon.

La conséquence serait un potentiel flux de Nord très humide : l'offensive hivernale pourrait concerner non seulement l'Europe centrale mais aussi les îles britanniques, la France et l'Espagne : l'hexagone se retrouverait alors sous des précipitations solides sur l'ensemble des régions (surtout sur l'Est) y compris sur celles bordant la Mer Méditerranée.
Du 8 jusque vers le 15, le flux de protons augmenterait contrairement au champ magnétique terrestre ; un abaissement de la pression atmosphérique se ferait sur l'Ouest et le Nord : les perturbations seraient plus nombreuses à défiler au Nord.
Cependant, les températures seraient de nouveau de saison puis devenant douces sur la plupart des régions
.
Le pourtour méditerranéen serait protégé par le vent d'Ouest
.


2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 31, une assez forte hausse de l'activité solaire pourrait renvoyer l'anticyclone aux Açores : le flux basculerait alors complètement à l'Ouest aboutissant au retour à de l'air nettement plus doux et plus humide.
Vers un Noel 2017 assez humide et un nouvel An 2018 venteux ?
Les fêtes de fin d'année pourraient être agitées
.


Flux dominant

Sur le Nord du pays : Ouest-Sud-Ouest.

Sur le Sud du pays : Ouest-Nord-Ouest.


Bilan

Le début de l'hiver météo 2017-2018 aurait une agitation potentiellement plus importante avec un dégradé Nord (humide) Sud (plus sec ?) assez marqué.
Pour autant, les hautes pressions auraient du mal à tenir sur le Sud de l'Europe alors qu'elles résisteraient sur le Maghreb par exemple.
D'où des températures douces pour la saison (+0,5°C), une pluviométrie moyenne très élevée (+40% en moyenne) et un soleil assez peu présent (-15%)
.


JANVIER 2018

Prévisions météo 2 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 10, l'activité solaire persisteraient et signeraient.
Le courant océanique d'Ouest devrait s'intensifier dès les premières heures de l'année 2018.
Les perturbations pourraient alors être plus nombreuses
, les coups de vent aussi alors que les coefficients de marées dépasseraient les 100 durant la première semaine de l'année 2018.
Par la suite (à partir du 7 ?), une offensive hivernale ne serait pas impossible au moment des retours des vacances de Noel.
Du 11 jusque vers le 15, tous les paramètres solaires atteindraient les bas fonds.
Les hautes pressions situées sur les Açores reviendraient sur le pays : si en été, une telle configuration donnerait un temps chaud, au coeur de l'hiver, ce serait le froid sec qui dominerait ; les gelées pourraient faire une réapparition remarquée surtout sur le Nord-Est du pays
.


2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 18, pas de changements a priori : toujours un temps sec et froid sur l'ensemble du pays.
Du 19 jusque vers le 31,à nouveau l'activité solaire battrait son plein ; pour autant, l'intensité du système dépressionnaire britannique serait vraissemblalement plus faible qu'en début d'année 2018 : ça n'empêcherait pas la formation d'une ou deux dépressions creuses ; Evidemment, seuls les modèles à quelques jours voire plusieurs heures avant confirmeraient ou non cette tendance.


Flux dominant

Sur le Nord du pays : Ouest-Sud-Ouest.

Sur le Sud du pays : Ouest-Sud-Ouest.


Bilan

Le coeur de l'hiver météo 2017-2018 se poursuivrait dans l'agitation prenant la forme d'une pluviométrie encore excédentaire (+35%), une température douce (anomalie +0,5°C) et un ensoleillement moribond (-20%) : ce serait probablement le mois le plus prolifique sur le plan des cumuls en précipitations.


FEVRIER 2018

Prévisions météo 3 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 8, l'ensemble des paramètres solaires tutoierait encore les sommets pour maintenir une activité dépressionnaire importante alors que les grandes marées culmineraient à 109 les toutes premières heures de ce mois.
D'où un risque de submersion marine accru de part une surcote non négligeable.
Cependant, le champ magnétique terrestre atteindrait des sommets laissant penser à une hausse du champ de pression sur l'Océan.
Un basculement du flux au Nord-Ouest pourrait solidifier les précipitations en fin de période.

Du 9 jusque vers le 15, le flux d'électrons diminuerait progressivement accentuant le flux nordique.
L'air froid s'imposerait sur toute la moitié Nord de la France alors que le Sud-Est serait en proie à de nombreuses averses dues à une dépression des Baléares.

2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 28, le flux d'électrons continuerait de baisser tandis que le champ magnétique prendrait de l'ampleur.
Un véritable blocage anticyclonique s'étendrait du Groenland jusque vers le Portugal.
Ailleurs, un couloir dépressionnaire de secteur Nord-Est à Nord serait possible amenant de nombreuses averses principalement sous forme de neige rendant l'ambiance encore plus hivernale
.


Flux dominant

Sur le Nord du pays : Nord-Est à Nord.
Sur le Sud du pays :
Nord-Est à Nord.


Bilan

La fin de l'hiver météorologique 2018 se ferait dans une masse d'air nettement plus froide (anomalie -1°C) d'autant plus que la Nordée (ou le Noroit ?) accentuerait le ressenti glacial.

Dans cette configuration, il pourrait y avoir qu'assez peu de précipitations (-15%) surtout en présence des hautes pressions alors que l'ensoleillement reprendrait un peu de lumière (+5%) sauf sur l'Est Vosgien et la région lyonnaise (détente).

De plus, statistiquement, après une fin d'automne et un début d'hiver froids, et une douceur potentiellement remarquable en Décembre et Janvier, le mois de Février renfermerait une masse d'air nettement plus continentale : ce pourrait donc être le cas cet hiver.

L'hiver 2017-2018 ne renfermerait rien de particulier sur l'anomalie thermique moyenne (+0,25°C ?) de Décembre à Février ; en revanche, les disparités d'un mois à l'autre seraient très importantes.

Côté pluviométrie, les cumuls en eau seraient très présents surtout sur les reliefs de l'Est (anomalie +50% ?) et d'une manière générale sur le Nord de la France.

Enfin l'ensoleillement serait plutot moribond (-15% en moyenne).


MARS 2018

Prévisions météo 4 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 5, une prolongation de l'hiver ? Certes le flux d'électron tendrait à remonter mais insuffisant pour briser la barrière anticyclonique présente sur les îles britanniques.
Or, à force d'insister, les hautes pressions ne devraient plus résister...
En attendant, l'air froid résisterait en basse couche dans un contexte de grandes marées d'équinoxe.

Du 6 jusque vers le 15, le flux d'électron augmenterait sensiblement alors que le champ magnétique commencerait à diminuer : l'anticyclone devrait se décaler sur l'Europe centrale laissant enfin les dépressions revenir sur l'Ouest de l'hexagone.
Un flux de Sud très dynamique apporterait un net radoucissement mais aussi de l'humidité : un conflit de masses d'air ne serait alors pas impossible sur l'Ouest.


2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 24, peu de changements à attendre : toujours un temps très printanier en perspective.

Du 25 jusque vers le 31, le flux d'électron atteindrait des sommets tandis que le champ magnétique s'orienterait à la baisse : une intensification du flux de Sud ne serait pas impossible dans une telle configuration ce qui pourrait donner des cumuls significatifs sur l'Ouest mais aussi le pourtour méditerranéen.

Flux dominant

Sur le Nord du pays : Sud.

Sur le Sud du pays : Sud.


Bilan

Le début du printemps météo 2018 pourrait démarrer dans une ambiance hivernale.
Cependant, rapidement, le flux de Sud balaierait le froid sur la France, l'Espagne et le Royaume Uni pour le remplacer par de l'air de plus en plus doux.
D'où une anomalie thermique prévue au dessus de la moyenne de la période 1981-2010 (+1°C), peu de précipitations (-15%) et un très bon ensoleillement (+15%).
Toujours sur le plan statistique, après une fin d'hiver potentiellement froide, le premier mois du printemps météo est souvent orienté vers la douceur : un nouvel exemple pour cette année 2018 ?


Météo de 5 à 7 mois

Tendance pour le printemps 2018 (Avril et Mai) et le début de l'été (Juin)

Tendance météo de 5 à 7 mois

AVRIL 2018
Du 1er jusque vers le 7, le flux de Sud devrait persister mais une baisse de l'activité solaire ferait que l'anticyclone de l'Europe centrale déploierait sa dorsale jusque vers la France.
Ainsi, les précipitations seraient rejetées sur le Nord-Ouest du pays et la douceur se maintiendrait partout.

Du 8 jusque vers le 20, tous les paramètres solaires seraient à la baisse ; dans ce cas, les hautes pressions gagneraient tout le pays laissant les côtes de la Manche la seule zone concernée par les intempéries.
Ailleurs, le temps serait très printanier avec soleil et douceur.

Dans l'ensemble
Le coeur du printemps météo 2018 resterait dans la douceur exceptée vers les côtes de la Manche en proie à de l'air frais et humide dû à un flux plus océanique.
Autrement, le reste du pays serait très printanier voire ponctuellement estival sur le quart Sud-Est du pays.
Les températures moyennes resteraient dans une douceur "grande" (+0,75°C), les précipitations peu présentes (-35%) et le soleil remarqué (+10%).


MAI 2018
En restant sur le domaine des statistiques et sur une certaine récurrence, un blocage anticyclonique qui persiste a souvent tendance à signer : ce pourrait être le cas pour ce dernier mois avant l'été.

En gros
La fin du printemps météorologique 2018 se situerait dans un calme apparent via les hautes pressions dominant sans partage le pays.

L'ensoleillement serait excellent (+25% ?), les températures très douces (+0,75°C) et les précipitations souvent absentes (-30%).

Le printemps devrait être bien plus calme et surtout plus doux que celui de 2017 (anomalie thermique +0,5°C ?) grâce à un anticyclone dominant. Les cumuls en eau pourraient être déficitaires (-20% ?) mais le soleil fortement présent (+15% ?).


JUIN 2018
Les hautes pressions finiraient par se décaler sur l'Europe centrale laissant un système dépressionnaire dominant sur l'Ouest de la France.

Au final
Le début de l'été météo se ferait en fanfare avec un flux de Sud dynamique faisant grimper les températures au dessus de la moyenne de la période 1981-2010 (+1°C) avec des cumuls en eau très aléatoires et un soleil tout aussi présent (anomalie +10% ?).





Copyright © Météolaflèche | Tous droits réservés -   Mentions légales et conditions d'utilisation du site -   Cyril DUPONT (pseudo CyrilD44 sur certains forums) -   Contact
"toute représentation ou reproduction,intégrale ou partielle,d'une ou plusieurs pages, cartes ou logos de ce site faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite" (article 122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle) . Seules les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective sont autorisées .