Prévisions saisonnières pour la France et le reste de l'Europe

 



Previsions meteo 1 mois

SEPTEMBRE 2018


1ère quinzaine
Du 1er jusque vers le 8, les modèles de prévisions à très long terme ainsi que les indices AO (Arctique) et NAO (Atlantique Nord) tendraient vers un système dépressionnaire sur les îles britanniques, des hautes pressions de la Russie à l'Italie.
Dans une telle configuration, le flux serait de secteur Sud à Sud-Ouest et fortement dynamique.
Côté temps, une forte instabilité serait possible avec peut-être des orages d'automne dans le Sud-Est du pays : évidemment, seuls les modèles à court terme confirmeraient ou non cette tendance
.

Du 9 jusque vers le 15, pas de changements normalement : toujours un temps perturbé sur la plupart des régions dans une masse d'air plutot chaude pour la saison.
Dans un contexte de grandes marées (théoriquement les plus fortes de l'année), le risque de submersion marine serait à surveiller grandement principalement sur les côtes de l'Océan Atlantique !


2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 30, les paramètres solaires seraient aléatoires laissant penser à une situation de marais barométrique.
Les journées pourraient alors ressembler à la suivante surtout en montagne : une matinée ensoleillée et sèche, un après-midi orageux
.


Flux dominant

Sur le Nord du pays : Ouest-Sud-Ouest.

Sur le Sud du pays : Sud-Ouest.


Bilan

Le début de l'automne météo 2018 serait marquée par une douceur assez marquée (anomalie de température +0,5°C ?) grâce à un anticyclone dominant sur l'Est de la France.
Les précipitations seraient potentiellement excédentaires (+25% en moyenne) sur le pays.
Quant au soleil, il brillerait de façon contrastée entre le Nord (déficit) et le Sud (excédent)
.


OCTOBRE 2018

Prévisions météo 2 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 8, les paramètres solaires atteindraient les bas fonds favorisant l'installation d'un blocage anticyclonique : à la faveur des éclaircies nocturnes, les matinées commenceraient à être fraiches.
Cependant, sous l'effet de l'ensoleillement, en journée, les températures seraient plutot chaudes pour la saison.

Du 9 jusque vers le 15, le flux d'électrons augmenterait légèrement laissant penser à une nouvelle situation de marais barométrique : l'air resterait doux voire chaud mais les après-midis pourraient être orageuses surtout sur les massifs.
Tout au long du mois, les paramètres liés au soleil serait au plus bas : le blocage anticyclonique devrait de nouveau être présent sur l'Ouest de l'Europe avec une activité dépressionnaire en embuscade sur le Nord des îles britanniques.


2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 25, le marais barométrique devrait se poursuivre avec toujours beaucoup d'instabilité y compris sur le pourtour méditerranéen.

Du 26 jusque vers le 31, de nouveau, le flux d'électrons repartirait légèrement à la hausse mais sans excès : de nouveaux orages seraient alors possibles sur l'ensemble des massifs plus aléatoirement en plaine.


Flux dominant

Sur le Nord du pays : Ouest-Sud-Ouest.

Sur le Sud du pays : Sud-Ouest.


Bilan

Le coeur de l'automne météo 2018 serait ponctuellement chaud avec une température globale (anomalie +0,5°C ?) supérieure à la moyenne de la période 1981-2010 !

Dans une configuration aussi peu anticyclonique, les pluies seraient très présentes (+30% ?) et l'ensoleillement normal.


NOVEMBRE 2018

Prévisions météo 3 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 5, le flux d'électrons resterait élevé prolongeant le risque orageux sur le pays ; les températures amorceraient une baisse avec un potentiel retour de l'anticyclone sur l'Ouest des îles britanniques.

Du 6 jusque vers le 15, les paramètres liés au soleil seraient à la baisse alors que le champ magnétique terrestre remonterait.
Dans cette configuration, les hautes pressions envahiraient les zones allant de l'Islande jusqu'au Portugal ; en parallèle, une dépression Scandinavie prendrait forme.
Un flux nordique durable apporterait de l'air froid provenant directement du cercle polaire : les épisodes de neige concerneraient alors l'Allemagne et l'Autriche avec un probable débordement sur le Nord-Est de la France !

2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 23, pas de changements a priori : la masse d'air resterait froide pour la saison.

Du 24 jusque vers le 30, le flux d'électrons remonterait légèrement ; avec l'air froid restant au sol et la douceur faisant son retour d'abord en altitude, un ou plusieurs épisodes neigeux dits de redoux seraient possibles durant cette période.


Flux dominant

Sur le Nord du pays : Nord.
Sur le Sud du pays : Nord
.


Bilan

La fin de l'automne météorologique 2018 verrait un hiver précoce.
Le flux dominant serait nordique provenant directement de Scandinavie.
Les gelées seraient fréquentes contribuant à aboutir à une température moyenne négative (anomalie -0,75°C ?) sur fond d'ensoleillement correct (+10%) sauf sur le Rhone, l'Isère, l'Alsace concerné par la grisaille.
Avec un flux aussi sec, l'accumulation d'eau serait logiquement déficitaire (-20%).

L'automne météo 2018 devrait être marqué par une pluviométrie rendue très contrastée de part une activité orageuse aléatoire ; quoi qu'il en soit, les régions allant de l'Aquitaine à l'Alsace en passant par le Massif Central seraient peu concernées par les précipitations.
Côté températures, hormis le dernier mois potentiellement froid, la douceur serait au rendez-vous avec une moyenne cumulée sur trois mois probablement vers les +0,5°C.
Quant à l'ensoleillement, il serait très bon (+10%).



DECEMBRE 2018

Prévisions météo 4 mois

1ère quinzaine

Du 1er jusque vers le 15, le flux d'électrons diminuerait à nouveau : les dépressions islandaises et britanniques verraient leur progression bloquées par l'anticyclone Scandinave.
Si l'air doux concernerait le littoral de l'Océan, dans l'intérieur des terres, le flux resterait en partie continentale surtout sur l'Est de la France
!

2ème quinzaine

Du 16 jusque vers le 21, pas de changements normalement : toujours un temps doux à l'Ouest, plus froid sur le Nord-Est de l'hexagone.

Du 23 jusque vers le 31, à nouveau le blocage anticyclonique s'imposerait sur la France pour les fêtes de fin d'année : les gelées seraient de nouveau nombreuses.

Flux dominant

Sur le Nord du pays : Ouest.

Sur le Sud du pays : Ouest.


Bilan

Le début de l'hiver 2018-2019 devrait se faire dans un calme apparent avec une composante Sud-Ouest apportant de l'air doux uniquement sur le Nord (surtout vers la Bretagne).

Ailleurs, à cette période de l'année, le froid (notamment le matin) prédominerait excepté autour de la Grande Bleue où l'activité pluvieuse maintiendrait des températures minimales douces.

D'où une anomalie thermique moyenne proche de la normale de la période 1981-2010 (+0,25°C) sur fond de précipitations présentes sur l'Ouest et le Nord, discrètes sur le Sud-Est (-20%) et d'un soleil, au contraire, présent (+5%).

Météo de 5 à 7 mois

Tendance pour l'hiver 2018-2019 (Janvier et Février) et le début du printemps (Mars)

Tendance météo de 5 à 7 mois



JANVIER 2019
Du 1er jusque vers le 8, tous les paramètres solaires atteindraient des sommets : l'anticyclone serait rejeté sur les Açores alors que les basses pressions se renforceraient sur les îles britanniques.
Dans un tel cas, les perturbations défileraient rapidement dans une masse d'air douce.

Du 9 jusque vers le 12, une pause dans l'agitation ? les hautes pressions reviendraient temporairement sur la France, la probabilité de gelées avec surtout s'il y a des éclaircies nocturnes.

Du 13 jusque vers le 31, de nouveau, l'activité solaire atteindrait des sommets : les dépressions assez creuses se feraient présentes alors que les grandes marées culmineraient à des coefficients atteignant les 109 ! Le risque de submersion marine serait alors conséquent !

Dans l'ensemble
Le coeur de l'hiver météo 2019 renfermerait alors une forte agitation : les perturbations défileraient de façon ininterrompue dans un flux d'Ouest apportant de nombreuses précipitations bénéfiques pour les nappes phréatiques (+25%).

A flux maritime, douceur notable (anomalie thermique +0,5°C ?) alors que le soleil (hormis le pourtour méditerranéen) se ferait discret dans une telle situation (-5%).

Il faudrait aussi surveiller les grandes marées de la dernière décade avec les coefficients dépassant les 100.


FEVRIER 2019
Les modèles probabilistes (ou saisonniers) tendraient vers une poursuite de l'activité dépressionnaire sur l'Europe de l'Ouest en particulier sur la France.
Avec des marées atteignant les 115 en deuxième quinzaine, la vigilance serait absolue sur les côtes !

Cependant, la tendance irait aussi vers un renforcement de l'anticyclone Russe : il pourrait déployer sa dorsale sur toute l'Europe de l'Est voire jusqu'au Centre de l'Europe.
Ainsi, le quart Nord-Est de la France se retrouverait vraissemblablement sous influence continentale.

En gros
La fin de l'hiver météorologique 2018-2019 se poursuivrait dans l'agitation ; les cumuls en eau (excédent de 40%) contribueraient à faire déborder les nappes phréatiques.

Sur les côtes, avec les grandes marées de coefficient supérieur à 110 en deuxième quinzaine, le risque de submersion marine serait à surveiller sur l'Océan dans une telle configuration !

Le point positif serait l'excédent thermique (anomalie +0,5°C) malgré un ensoleillement faible (-20%).

L'hiver météo 2018-2019 pourrait être un des plus doux jamais relevé malgré un début prometteur !
Le courant océanique d'Ouest générerait un air chaud en basses couches en quasi discontinu et des accumulations d'eau à surveiller grandement !


MARS 2019
Statistiquement, après un hiver doux, le début du printemps démarre en courroux.
Ce n'est pas simplement un dicton car ayant tendance à se vérifier assez souvent.
Ce pourrait être le cas pour cette année avec un blocage anticyclonique sur l'Ouest de la France allant jusque vers l'Irlande : le flux dominant serait alors nordique apportant un froid tardif sur les pays allant de l'Ecosse à l'Espagne en passant par l'Angleterre et la France notamment.

Au final
Le début du printemps météo 2019 devrait être un sursaut de l'hiver avec de nombreuses averses provenant directement du Pôle Nord ; dans un tel cas, les précipitations seraient le plus souvent solides (grésil, grêle voire neige) en plaine sous un vent frigorifiant.

Seul le pourtour méditerranéen serait épargné par les ondées au prix d'un Mistral et d'une Tramontane tempêtueux !

Dans ces conditions, l'anomalie thermique serait négative (-1°C), les précipitations et l'ensoleillement légèrement dans l'excédent (+5 à +10%).






Copyright © Météolaflèche | Tous droits réservés -   Mentions légales et conditions d'utilisation du site -   Cyril DUPONT (pseudo CyrilD44 sur certains forums) -   Contact
"toute représentation ou reproduction,intégrale ou partielle,d'une ou plusieurs pages, cartes ou logos de ce site faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite" (article 122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle) . Seules les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective sont autorisées .